mardi 23 mai 2017

End of road






1000 et une excuses, depuis plusieurs mois l'aventure du blog a migré vers une autre plateforme, alors pour ceux qui sont toujours de passage ici, sachez que maintenant c'est par


lundi 2 janvier 2017

Une nouvelle année pour de nouvelles lectures

2017 est là et pour bon nombre d'entre vous c'est le moment de faire le bilan de vos lectures.
Les objectifs que vous vous étiez imposés sont-ils OK ? Les livres que vous aviez tant attendu en 2016 ont-ils été à la hauteurs de vos attentes ?

Pour ma part je suis assez satisfaite de mon bilan 2016, j'aurai bien sur pu lire beaucoup plus, mais le plaisir n'en aurait-il pas été victime ?

J'ai fais des découvertes, comme Franck Thilliez (merci Sandra, nos goûts sont si semblables que cela parait évident que nous nous connaissions) ou Olivier Norek et je peux vous dire que je suis comblée. Moi qui ne jurais que par les romans noirs de Maxime Chattam, la concurrence est devenue rude sur mes étagères.

Cette année c'est aussi l'année de création du Club de lecture de Stephen King sur les réseaux sociaux et je tente d'en profiter pleinement pour réaliser le projet King ( vous trouverez toutes les informations dans l'onglet correspondant).

Enfin 2016 sonna la fin de la saga Autre Monde de Chattam avec le dernier tome intitulé Genèse, je l'ai tellement attendu et pourtant je ne l'ai pas encore lu, je veux faire ça bien et donc lire la saga du début à la fin pour mieux apprécier.


Et 2017 dans tout ça ? ? ?

Je ne sais pas vous, mais pour moi c'est simple, prendre toujours autant de plaisir à lire et qu'importe que cela soit des pavés de 800 pages ou bien de petites histoires d'une centaines de pages. Du plaisir et rien que du plaisir. J'espère aussi faire de nouvelles découvertes et bien souvent c'est errant parmi vos blogs. Après j'attends avec impatience le retour de Ludivine Vancker dans le prochain Chattam, le prochain Guillaume Musso même si le principal problème avec cet auteur est que l'on termine ses livres en une seule journée. Bref j'espère que mes auteurs préférés seront bel et bien au rendez-vous cette année.

Je ne sais pas si je ferai le salon du livre à Paris, j'ai trouvé que l'ambiance était trop aseptisée à mon goût. En revanche, j'espère bien aller aux Quais du polar, ce serait une grande première pour moi et j'en meurs d'envie.

Alors voilà, je vous souhaite de très belles lectures pour les 363 jours à venir, n'hésitez pas parfois à vous laisser aller à une découverte que vous aura conseiller un vendeur de librairie, un ami ou même une inconnue car parfois on tombe sur de belles pépites ;)

Bien à vous,
Cheesy

dimanche 1 janvier 2017

Entre mes mains le bonheur se faufile - Agnès Martin-Lugand




Titre : Entre mes mains le bonheur se faufile

Auteur : Agnès Martin-Lugand

Editeur : Pocket

Prix : 6,60€

Parution : 7 mai 2015

Nombre de pages : 280 pages

Genre : Contemporaine



Avoir une petite vie bien rangée, un pavillon, un mari médecin, un bon emploi, comme ça de premier abord il y a de quoi se dire que tout va pour le mieux. Mais voilà, pour Iris ce n’est pas l’idéal, du moins ce n’est pas le sien. Et le jour où elle découvre que ses parents l’on privé de son plus grand rêve quand elle était adolescente va faire exploser la bombe qu’elle gardait en elle.

Si vous aviez l’occasion de devenir celle dont vous aviez rêvé quand vous étiez enfant, le feriez-vous ?

Pour son deuxième roman, et après le succès remporter avec Les gens heureux, lisent et boivent du café, Agnès Martin-Lugand nous propose de découvrir l’aventure d’Iris, jeune trentenaire enfermée dans son quotidien bien trop fade. Et comme précédemment, on s’attache très vite à son héroïne qui décide de ne pas vivre la vie qu’on lui a imposé. Alors bien sûr, nous aimerions vivre cette fiction car elle est belle et la morale pourrait-être la suivante : Nous sommes maîtres de nos vies, vivons nos rêves au lieu de rêver notre vie.

Iris va mener sa vie comme elle mène sa machine à coudre pour tisser peut-être les plus belles pages de sa vie. Le prix à payer n’est-il pas trop grand ? Et les tentations qui seront son quotidien ne la pervertiront elle pas ?

Mon avis :

Ce livre est une réussite, même si pour moi Les gens heureux, lisent et boivent du café reste un cran au-dessus. J’ai aimé l’histoire de cette femme qui refuse de vivre une vie dictée par sa famille. Entre le mari qui semble indifférent, Marthe qui va prendre Iris sous son aile pour la propulser au plus haut et un homme dangereusement attirant, le cocktail est tout simplement addictif, la preuve en est que le livre se lit en un après-midi. Un livre qui fait du bien au moral et qui peut même nous pousser à croire en nous (dans le cas bien sur où vous doutiez de vos capacités).

vendredi 30 décembre 2016

Le sang versé - Asa Larsson





Titre : Le sang versé

Auteur : Asa Larsson

Éditeur : Livre de poche

Prix : 7,60€

Parution : 2 septembre 2015

Genre : Thriller





Rebecka Martinsson ne mène plus la même vie qu’avant depuis qu’elle a tué des hommes. Toujours au service d’un cabinet d’avocats, elle doit se contenter de mission de figuration pour donner une bonne image de ses employeurs.
Alors quand elle se retrouve aux alentours de Kiruna, un village de son enfance, c’est à la fois un cauchemar mais pourquoi pas le lieu idéal pour repartir du bon pied et reprendre sa vie en main, sans les regards pleins de questions qu’elle doit subir lorsqu’elle se trouve au cabinet.

Sauf qu’en parallèle, nous avons dans cette même région, le meurtre d’une femme prêtre, pendue à l’orgue de son église et le meurtrier est toujours inconnu des services de police.  Une enquête qui montrera que les paroissiens n’aiment pas toujours leur prêtre et qu’ils ne s’en cachent pas. Alors s’agit-il d’une vengeance, d’un coup de folie ou bien un meurtrier en série ?

Ici pas de rebondissement à chaque chapitre, on ne peut pas dire que cela soit l’action ou les investigations qui tiennent en haleine le lecteur. En revanche Asa Larsson sait parfaitement faire du thriller « psychologique », les personnages sont extrêmement travaillés, ils ont leurs propres histoires et on nous la délivre tout le long du roman. Une écriture qui nous permet également de nous imager les terres du grand nord, tant elles sont détaillées avec passion de la part de l’auteur.

N’ayant pas l’habitude de ce genre de thriller, j’ai été déstabilisée au départ, mais j’ai aimé le coté découverte de chaque protagoniste de cette histoire, personne n’est ici par hasard, on lit avec un œil curieux, puis on s’attache, on pleure et l’on sourit avec eux.

La Suédoise sait très bien comment nous réchauffer au travers de ces romans et j’ai aimé ça.

mardi 27 décembre 2016

Rural Noir - Benoît Minville

          
       
  
          Titre : Rural Noir

Auteur : Benoit Minville

Éditeur : Gallimard

Prix : 18,00€

Parution : 18 février 2016

Nombre de pages : 256 pages

Genre : Thriller




Une bande de 4 gosses inséparables qui a fait les 400 coups ensemble dans leur campagne si précieuse, mais le dernier été semble avoir laissé des blessures jamais cicatrisées. Quand 10 ans plus tard, la bande est censé se retrouver, Romain retrouve son village natal mais dans l’air quelque chose à bel et bien changé. Rien ne se passera comme Romain l’avait imaginé, son meilleur pote est entre la vie et la mort, son frère plein de colère, Julie semble n’avoir pas changé, mais au fond de la Nièvre Benoît Minville nous plonge dans un monde sombre, pleins de colère et où les secrets font de gros ravages sur les hommes.

Dans ce livre qui semble adressé à un public adulte, on rencontre 4 gamins qui nous donne envie d’avoir à nouveau 14 ans et d’enfourcher notre vélo. Une image douce et rassurante qui est vite rattrapée par une noirceur omniprésente. On peut rapidement s’identifier à un des multiples acteurs de ce roman tant il est riche en personnalités. Entre un ancien militaire en colère contre son frère baroudeur, un meilleur ami qui traîne dans des affaires louches et un village qui dépéri, la couleur est annoncée. Cela peut même nous rappeler l’ambiance de certains Stephen King.

L’écriture semble encore fragile pour un public adulte, l’esprit adolescent est toujours présent. Alors est-ce une volonté de l’auteur ou bien est-il toujours dans le même style que ces précédents ouvrages ? Un auteur à suivre, puisque le fond est bon, mais la forme est à revoir (de mon propre avis), encore un peu trop jeune.

En revanche, on ne s’attends pas à un tel final, un tel secret, l’auteur nous surprends et je dois vous avouer que même si je suis incapable de situer ce patelin sur une carte, j’ai aimé le connaitre à travers des mots de Benoît Minville.